SENS SUD --> NORD Que du Bonheur !

fabidou
fabidou

le 2015-03-27 à 00:28 Citer ce message

Bonjour,
ma conjointe et moi avons fait le GR20 en 14 jours (de fin août à mi septembre 2014), rythme parfait pour passer des vacances sportives en Corse!
Malgré notre minuscule expérience (c'était notre première grande randonnée), on l'a fait ! et on s'est régalé du début à la fin. Voici quelques conseils et infos :

CONDITION PHYSIQUE préalable et expérience
le GR20 réputé difficile, on s'était bien préparé notamment en faisant de la course à pied. Pour attaquer sereinement le GR20, il faut se mettre un peu 'dans le rouge' en entraînement, ne pas se contenter d'un petit footing pépère (séance de fractionnés par exemple).
Une condition physique trop juste pourra vous jouer de mauvaises surprises (fatigue musculaire, chute). Vous ne penserez plus qu'à votre matelas et n'apprécierez plus les paysages fantastiques.
Si vous êtes capable d'encaisser un effort soutenu, vous apprécierez bien mieux un effort long et moins intense que ce que vous avez endurer en entraînement.
Le GR20 ne demande pas d'être un monstre d'endurance, mais il est technique, très escarpé et parfois vertigineux donc si vous êtes trop juste physiquement, votre pas sera moins sûr et ça c'est pas bon. Donc j'insiste, entraînement régulier et plus intense qu'un petit footing pépère.

notre choix du SENS SUD--> NORD
dans les deux sens on rencontre les mêmes difficultés. Il y a le même dénivelé dans un sens ou dans l'autre ; quand on descend, c'est toujours plus difficile que quand on monte (oui oui) etc.
Mais il est vrai que les difficultés arrivent plus progressivement en commençant par CONCA (départ SUD) qu'en attaquant tout de suite la partie Nord. Pour des novices qui découvrent les joies de la marche avec un sac de 10kg pour elle, 17 kg pour lui, mieux vaut ne pas entamer le périple par de l'escalade avec des passages avec chaînes… on apprend au fur et à mesure à gérer son équilibre (très important), dompter tout son attirail et lorsque ça commence à devenir sérieux, on est prêt. Et on se régale.

Attention toutefois, la partie SUD est aussi difficile. On a eu nos plus grosse frayeur dans le SUD, pas dans le NORD. On en a déduit que le manque d'expérience fait qu'on se fait plus peur par où on commence. Donc si vous faites comme nous (SUD-->NORD) et que vous croisez des randonneurs qui vous disent « ici, c'est roulant, dans le NORD c'est autre chose » , c'est qu'ils ont déjà fait une grosse partie du GR20 et qu'ils sont rodés (Et franchement aussi, ils se la pètent... je déconne)
je vous garantie que vous allez vous régaler de Conca à Calenzana !

Le SAC À DOS
juste quelques réglages à prendre en compte.
- Tige métal : Dans les sacs de rando, il y a une tige en métal sur la face qui touche votre dos. Cette tige est flexible, il faut l'ajuster pour qu'elle épouse au mieux votre dos.
- Hauteur des bretelles : il faut que la ceinture de votre sac à dos repose vraiment bien sur vos hanches, répartissant ainsi la charge du sac entre vos épaules et vos hanches.
- Serrage : j'avais tendance à trop serrer le grand compartiment de mon sac pour être sûr de ne rien laisser tomber. Il faut le serrer suffisamment 'oui mais pas trop', ça peut créer une tension et vous donner l'impression d'être tiré en arrière. Et ça va vite vous tirez dans les cervicales.
- Chargement : sur certains sacs on a la possibilité d'attacher avec des lanières à sa partie inférieure un duvet, un matelas ou une tente. Cette option est à oublier car vous serez souvent à poser le cul par terre pour descendre certains passages et vous allez exploser ce que vous aviez mis en dessous votre sac. Ce qui est très embêtant quand c'est un matelas gonflable…

CHAUSSURES :
on a choisi l'option des chaussures de marches normales, pas montante. Chacun fait comme il le sens, moi j'aime pas les chaussures montantes. Dans tous les cas, il faut prendre de la qualité. Sur le chemin on a croisé autant de chaussures montantes que de chaussures pas montantes (même dans les montées).
Je déconseille les chaussures de courses à pied, la semelle n'est pas assez solide pour supporter la caillasse aiguisée des montagnes corses. Sauf si vous voulez faire le GR20 en 5 jours.

LES REFUGES
RAVITAILLEMENT : les refuges sont suffisamment fournis pour prendre votre repas du soir, faire quelques provisions pour la journée du lendemain ;. Les prix sont chers mais bon c'est le jeu ma pauvre lucette. N'oublions pas ce que la corse et le GR20 nous offre.
PAIEMENT:j'avais lu sur des forums avant mon départ qu'on ne pouvait pas payer par chèque. Et bien si, on peut payer par chèque. Appelez le Parc national de corse, ils vous confirmeront. J'ai payé par chèque dans quasi tous les refuges.
ACCUEIL : on a eu aucun souci avec les gardiens de refuges même si effectivement certains étaient un peu bourrus ou ronchons. Après je sais pas, mais franchement quand je vois les randonneurs péteux qu'on peut croiser, qui se croient tout permis, qui se croient chez eux, à qui il leur faut tout tout de suite et qui vont leur faire un caca nerveux parce qu'ils vont encore se doucher à l'eau froide, je ne sais pas quoi dire de ces gens là.
ETAT SANITAIRE : les douches sont propres. les toilettes à la turc (la plupart des refuges) sont, c'est vrai assez crades, mais pourtant lavées tous les jours. Mais là, à qui la faute ?

Infos en vrac sur certains refuges
Usciulu : refuge avec énormément de choix, propose même du matériel technique.
Vizzavona : c'est une ville-gare,vous pouvez acheter de quoi manger avec pas mal de choix, manger dans un restaurant, vous doucher avec de l'eau chaude, chier sur un trône, mais vous ne pouvez pas retirer d'argent ni acheter un matelas tout neuf, pour ça il faut prendre le train jusqu'à Corte.
Capanelle : attention à ne pas boire l'eau sans pastille micropure, maux de ventre récurrents chez les randonneurs.

NUIT EN TENTE :
on a choisi de porter notre propre tente. (pas plus de 2 kg). L'avantage est la tranquillité, et le côté propreté (on sait qui a dormi dedans). On arrive généralement tôt au refuge, on a largement le temps de monter la tente. Seul inconvénient: 2kg en plus à porter

ATTAQUES de SANGLIERS !
Ceci n'est pas une légende ! À votre arrivée en refuge, demandez aux gardiens s'il y a des fouilleurs de tente dans les environs. S'ils vous disent que oui, mettez vos réserves de nourriture (surtout si c'est du saucisson ou du fromage) dans un sac suspendu en hauteur à un arbre ou mettez les à l'abri d'une autre manière. Si vous laissez ça dans votre tente, vous n'aurez rien le temps de faire et ils auront défoncé votre toile de tente pour chopper ce qui les intéressait.

VOILÀ
Voilà ce qu'il me paraissait important de vous dire
vous aurez sans doute des moments d’appréhensions sur certains passages, mais prenez votre temps, regardez le balisage le plus proche et vous verrez ça avance tout seul.
Expérience inoubliable, paysage grandiose, déconnexion totale, bref

QUE DU BONHEUR !
RIRI
RIRI

le 2015-05-03 à 10:50 Citer ce message

Bonjour Fabidou!
C'est vraiment la première fois que je vois un commentaire sur le Gr20 aussi exact et détaillé.
Tout ce que tu dis est la pure vérité et je ne peux donc que confirmer.
Beaucoup trop de soit disant randonneurs critiquent le manque de confort dans les refuges,car ils oublient effectivement que ce ne sont pas des hôtels 5 étoiles et que la rando est un milieu plutôt rustique.
Salutations!
xacani
xacani

le 2015-06-03 à 13:15 Citer ce message

Complètement d'accord avec les commentaires ci-dessus ; nous avons fait le GR Nord l'année dernière et avons été très agréablement surpris (après avoir lu tous les commentaires sur le net) par les refuges début septembre il est vrai ! Cette année on fait le sud (c'est quoi Fabidou votre plus grande frayeur dans le sud ? on m'a dit que c'était plus facile ...)
Cordialement
fabidou
fabidou

le 2015-06-05 à 09:41 Citer ce message

Bonjour,
j’exagérai en parlant de "frayeur", disons qu'on faisait pas les malins . c'était dû aux conditions météo: journée de rafales de vent très violentes entre usciulu et paliri où il y a beaucoup de passage de crêtes. en condition normale, ça passait tout seul mais là c'était plus tendu et on était à notre 3è jour de marche. il fallait faire très attention.
Les groupes encadrés par les guides avaient préféré un itinéraire bis pour éviter les crêtes et arriver au col de verde. donc c'est aussi une possibilité au cas où, les gardiens de refuge seront de bon conseil. donc pas de quoi s'inquiéter.
plus vous avancez sur le GR20, plus vous êtes sûrs de vos pas, donc des passages techniques qui vous paraissent difficiles au début vous le paraitront beaucoup moins au fil de votre randonnée.
XACANI
XACANI

le 2015-06-10 à 13:02 Citer ce message

Merci pour les renseignements ! On avisera en cas de vent !!
Dd
Dd

le 2015-06-30 à 14:27 Citer ce message

Justement en parlant de météo c'est tout de même un gros gros manque au niveau des refuges !!
Si l'on compare au refuge que l'on peut trouver dans les Pyrénées ou les Alpes (et qui ne sont pas non plus des 5*), il est anormal de ne pas avoir des bulletins météo disponible dans les refuges du GR.
Ok les refuges sont parfois "isolés" mais pas tous : à l'Onda ils ont Internet (même la Carte Bleue), à Vizzavona aussi, et j'en passe. On n'arrête pas de nous dire que le GR c'est de la montagne et que la météo est primordiale (d'ailleurs l'accident du cirque nous le prouve) mais quand vous vous retrouvez dans un refuge sans internet, sans TV, sans téléphone pour appeler météo corse, que le gardien vous dit "Oh vous savez en Corse la météo ça change tout le temps et je ne peux pas vous dire le temps qu'il fera demain !"
S'il y a vraiment un point a améliorer dans les refuges (hormis le confort) c'est la sécurité lié à la météo en affichant quotidiennement un bulletin prévisionnel pour le lendemain.
RIRI
RIRI

le 2015-07-01 à 07:29 Citer ce message

Espérons que les gens du PNRC liront ton message et en prendront bonne note car tu as parfaitement raison.Merci de soulever le problème.
Christophe
Christophe

le 2015-07-09 à 10:55 Citer ce message

Excellent sujet fabidou
je serai heureux d'en parler avec vous pour quelques infos
Merci
JereM G
JereM G

le 2015-07-18 à 07:47 Citer ce message

Bonjour Fabidou

Merci pour votre récit qui me conforte dans l'idée de faire le gr20 l'année prochaine.

Une petite question tout de même, afin de préparer au mieux mon aventure.
Pourriez vous me donner le coût de votre séjour en corse svp?
Fabidou
Fabidou

le 2015-08-01 à 14:00 Citer ce message

Bonjour,

en réponse à JereM G:
je peux vous donner un ordre d'idée du budget sur le GR20 (hors matériel+trajet de chez vous au départ du GR20):
par jour et par personne: bivouac 6€ / repas du soir pris au refuge max 15€ / courses au refuges pour journée suivante 12€ max comprenant saucisson+pain (un saucisson correct s'achète 9/10€ mais tient plusieurs jours)
je prends très large donc ça fait : 33€ /jour; pour 15 jour donc 500€ environ
j'ai pris large LARGE, nous on s'est fait plaisir.ça ne prend pas en compte les quelques barres énergétiques qu'on avait en complément.
si vous faites votre repas vous même, ça vous coûtera moins cher.
les prix ont peut être changé donc, sans doute à mettre à jour.
les repas au refuge sont des bons moments de convivialité et d'échanges d'expérience, ça vaut le coup de le prévoir dans le budget. et ça allège le sac.

remarque au post de Dd:
il est vrai qu'on m'a aussi répondu "celui qui vous dit qu'il sait quel temps il fera demain vous ment". quand le soir le temps se "gâtait" et qu'on pouvait s'inquiéter pour le lendemain, j'insistais (poliment), et ils finissaient par me donner une tendance ce qui me suffisait. mais l'affichage d'un bulletin météo visible dans tous les refuges, ce serait pas mal c'est sûr.

d'ailleurs, j'ai oublié une chose très importante dans mon premier post pour la réussite du GR20 :
----- PARTIR TÔT LE MATIN!!!!! -------
. la première raison étant, justement, LA MÉTÉO: les orages n'arrivant en général qu'en milieu d'après-midi, en partant tôt vous vous assurez d'arriver au refuge ou de passer les passages délicats avant que ça se dégrade sérieusement.
---------------------------------------------------------------
. cela vous permet aussi de marcher à la fraîche. Je conseille d'ailleurs aux gens de camper aux campings de conca ou calenzana la veille de leur départ pour partir tôt le matin, les premières étapes peuvent être très chaudes (en Température).
. nous nous levions à 6h du matin (pensez aux frontales) pour partir vers 7h. on arrivait au refuge vers 15-16h en général(en marchant pèpère et en faisant plusieurs pauses) ce qui laisse le temps de choisir l'emplacement, monter la tente, un brin de lessive et de toilettes, de discuter, boire une pietra et l'heure du repas est vite arrivée!

de plus en plus de gens essaient de battre des records de vitesse de traversée du gr20. Chacun ses objectifs, mais si un jour la météo ne permet pas de quitter le refuge, ou de doubler(voire tripler) une étape, et ba tant pis, on s'abstient. c'est comme ça c'est la montagne (duel votre fierté/la montagne, c'est pas vous qui allez gagner).

Nous avions pris quelques jours supplémentaires de vacances au cas où on restait coincé 1 ou 2 jours sur le GR à cause de la météo... et si vous arrivez sans contretemps, vous pouvez échanger votre billet ou passer quelques jours farniente au bord de la mer. c'est vraiment génial la corse ;-)

voilà,
RIRI
RIRI

le 2015-08-03 à 20:02 Citer ce message

Comme toujours,tu as totalement raison.Le GR2O n'est pas une compétition d'autant plus que l'idée première est de profiter de toutes ces merveilles.Donc,plus tard on les quitte,mieux c'est.
Moi,je préfère laisser partir tout le monde ou presque meme si je sais que dans ce cas on risque les désagréments que tu as cités.Quand il n'y a plus personne au refuge,tu as toutes les installations pour toi et donc tu ne fais la queue nulle part.
Mais il est vrai que lorsque le temps n'est pas très beau,il y a un risque de terminer sous la rincée;c'est un choix.
Au plaisir de te lire à nouveau!
Dd
Dd

le 2015-08-11 à 17:16 Citer ce message

Le problème est de savoir si tu as une chance de te prendre une averse ou pas !
Dans notre cas presque tous les jours (mi juin) nous avions des nuages et le matin difficile de dire si nous allions échapper aux averses et parfois certain locaux nous disaient "il va y avoir des orages ..." nous incitant à ne pas faire certaine variante alpine (comme celle entre le col de verde et Capanelle) alors que finalement il a fait beau (mais on privilégiait la sécurité).
Malgré cela il fallait avancer et nous nous sommes pris qu'une grosse "rincé" sur toute la descente vers l'Onda (en venant de Vizzavona).
Nous avions prévu de faire le GR en 11 jours avec 2 jours de marges pour la météo ou la fatigue, non pas pour un raison de course à la performance mais simplement pour une raison de possibilité de congés (pas possible d'avoir plus de deux semaines de congés). Nous l'avons fait en 11j 1/2 (avec des variantes alpine et l’ascension du Cinto) sans pour autant courir, et en profitant du spectacle (pause photos régulière). Nous étions debout à 5h (départ en 6h et 6h30) tous les matin ce qui nous permettait d'arriver assez tôt au refuge (même en doublant certaines étapes). Il n'y a que lors de l'étape des Bergerie de Croche jusqu'au refuge du Prati où les passage en crête sous le vent et la pluie (avec même un orage au départ à 7h du matin) où nous sommes arrivés à 18h30 (soit 12h après le départ).
meik
meik

le 2015-08-12 à 07:13 Citer ce message

Salut dd,
merci pour ton retour intéressant.
Peux tu me donner votre découpage du parcours sur ces 11 jours et demi?
Dd
Dd

le 2015-08-12 à 08:47 Citer ce message

Salut meik,

nous avons fait :
J1 : Conca - Paliri - Col deBavella
J2 : Col de Bavella (variante alpine) - Asinau - Incudine - Bergerie de Croce
J3 : Croche - Usciolu - Prati
J4 : Prati - Col de Verde - Capannelle (variante initialement prévue mais non faite pour raison météo)
J5 : Capannelle - Vizzavona
J6 : Vizzavona - Onda (variante par le monte Oro initialement prévue mais non faite pour raison météo)
J7 : Onda - (par la variante des crètes) Petra Piana - Manganu
J8 : Manganu - Castellu Di Vergio
J9 : Castellu Di Vergio - Ciottulu Di IMori - Tighiettu
J10 : Tighiettu - Monte Cinto - Asco Stagnu (itinéraire de contournement du Cirque fermé avec ascension du Cinto)
J11 : AscoStagnu - Carrozzu - Ortu Di U Piobbu
J12 : Ortu Di U Piobbu - Calenzana

Initialement nous avions prévu de finir par
J10 : Tighiettu - Asco Stagnu - Carrozzu
J11 : Carrozzu - Ortu Di U Piobbu - Calenzana
pour les 11 jours, mais avec le contournement par le Cinto qui représente déjà 10h (contre 5h par le cirque) on ne se sentait pas enchaîner jusqu’à Carrozzu le même jour !
D'où le décalage d'une demi journée : on est arrivée tranquillement à Calenzana vers 11h (en partant vers 7h de Ortu Di U Piobbu).
meik
meik

le 2015-08-12 à 13:17 Citer ce message

Merci dd pour le détail du parcours.
J avais ebauche le même prévisionnel environ.
Quelles sont les étapes les plus difficiles ?
J aurai voulu ( peut être trop ambitieux ) faire le sud en 4 jours mais difficile de découper des étapes équitables...
Dd
Dd

le 2015-08-13 à 09:46 Citer ce message

Les grosses étapes ont été :
- J1 : surtout parce que c'est le premier jour et le corps n'est pas encore habitué, il a fait très chaud, et le sac chargé au max (moi : 18Kg)
- J2 : assez long (6h --> 16h30) mais la passage par les aiguilles est magnifique (ça aide), le passage le plus difficile : la montée de Asinau vers la brèche et le Monte Incudine (surtout à 13h juste après manger sous un soleil de plomb).
- J3 : très long (6h30 --> 18h30) et rendu encore plus difficile par les conditions météo (pluie, et fort vent avec de grosses rafales très délicates pour ce parcours sur les crêtes.
- J4 : journée assez tranquille avec pas mal de passage en forêt et pas de gros dénivelé sauf en arrivant sur Capanelle ou ça grimpe pas mal. (6h30 --> 12h30 avec une bonne pause déjeunée à 11h30). Par contre si tu prends la variante c'est 2h de plus de marche
- J5 : comme la veille journée tranquille mais sous la pluie (6h30 --> 11h30).

Sur cette partie Sud effectivement en optimisant tu pourrais sans doute sauter Capanelle mais attention à l'accumulation : dans notre cas 2 journées tranquilles après les 3 bonnes premières journées ont été appréciées pour récupérer avant d'attaquer la suite.

- J6 : longue montée depuis Vizzavona mais pas de difficulté (parce que les dalles étaient sèches : sous la pluie ça ne doit pas la même chose) et descente vers l'Onda sous des trombes d'eau (7h15 --> 12h).
Quitte à regrouper 2 étapes je pense qu'il est préférable de sauter Vizzavona (qui en plus n'a aucun intérêt) et de faire Capanelle --> L'Onda.

- J7 : grosse journée (longue 6h --> 17h et physique avec des gros dénivelés positifs et négatifs et quelques passages délicats) mais paysages magnifiques.
- J9 : bonne journée avec un grosse montée pour finir sur Tighiettu sous la chaleur mais pas de réelle difficultée.
- J10 : grosse journée (6h --> 16h00) avec gros dénivelé positif le matin et négatif l'après midi et pas de ravitaillement possible.
- J11 : dernière grosse journée (6h --> 17h) avec une première partie assez facile mais une deuxième partie plus difficile entre Carrozzu et Ortu Di U Piobbu : dès le départ de Carrozzu un bon dénivellé positif à avaler sous la chaleur (11h30) puis des passages en crêtes dans le brouillard (avec des grondements de tonnerre) et une très longue descente sur Ortu Di U Piobbu.

Répondre à ce message